Martyrs : french blood, french guts

Publié le par Ash

Sans l’avoir vu, je me réjouis à l’avance de Martyrs, encore un film de genre sauce française ! En arrêtant d’être chauvin, on peut quand même se réjouir d’une création horrifique, alors que le marché est surpeuplé de projets de remake (et si on refaisait Maniac Cop, ho et si on refaisait Chucky ?!) et de surexploitation de licence (rions un peu : bientôt Saw 6). Même si il y a de belles surprises (le remake de La colline a des yeux du français Alexandre Aja), une création originale (Hostel) et ses promesses, sont toujours plus excitantes pour nous les fans !

J’ai trépigné avant, pendant et après A l’intérieur et j’espère vraiment être dans le même état pour Martyrs, surtout après sa mésaventure auprès de la censure.

Pour le Synopsis : Milieu des années 70, quelque part en France, une petite fille, Lucie, est retrouvée dans un état physique catastrophique. Elle avait disparu quatorze mois plus tôt. L'endroit de sa séquestration s'avère être une chambre froide d'un abattoir désaffecté. Aucune trace d'abus sexuel. Les raisons de son enlèvement restent mystérieuses. Quinze ans plus tard, Lucie n'a qu'une idée en tête: retrouver ses bourreaux et comprendre les raisons de son calvaire. Aidée par Anna, une amie inséparable rencontrée à l'hôpital pour enfants où elles étaient placées depuis, Lucie, qui n'a plus toute sa tête, croit avoir retrouvé ses ravisseurs et décide de se venger.

Les veinards qui ont déjà vu Martyrs, parlent évidemment d'un film avec son lot de scènes difficiles et réalistes, mais aussi d'une intrigue, d'un scénario efficace et de plans, de cadrages réussis.

La bande annonce
(Je vois déjà mon amie Alex dire : sans moi vos conneries !)

 



Pour en savoir plus sur le problème avec la censure

 

 

 

 

Publié dans A voir - à lire

Commenter cet article