Ash 1 - Cigarette 0

Publié le par Ash

images_EL_No-smoking-sign.gif

Il y a 11 mois, je poussais la porte d'une consultation tabacologique. Après avoir tenté la gomme tabagique qui me faisait cracher comme un cow-boy au saloon, après les séances d'hypnose chez un psychiatre, après une tentative de paliatif par le narguilé et le cigarillo, deux stupides erreurs  qui m'ont valu des crises de toux sans fin pour la chicha ; le cigarillo m'a  transformé en putois arôme mégot, me privant de tous bonheurs conjugaux. bé oui ! Allez faire apprécier l'odeur du tabac froid à une non-fumeuse. De plus le smicar que je suis ne pouvait plus se permettre de faire partir sa fortune en fumée, j'ai donc décidé d'agir sous couvert cette fois de ma bonne vieille carte vitale.

En entrant dans le cabinet de cette doctoresse trés réputée dans le "milieu", j'étais pris de pas mal d'inquiétudes, d'une part il y a ce rituel qui consiste a souffler dans une machine qui indique votre taux de monoxyde de carbone, ensuite on doit confesser le nombre de cigarettes fumées, on apprend qu'un cigarillo équivaut à environ 7 cigarettes et que le système de la chicha fait que les poumons se prennent deux fois plus de saloperies dans les alvéoles. Et puis vient le moment, que votre humble serviteur redoutait tant, la question a laquelle même préparé je ne pouvais répondre l'air de rien : Mr Ash comment allez-vous en ce moment ?

Alors que je cite ma chance de vivre avec celle que j'aimeu, mon inconscient me fait dire automatiquement que j'ai un boulot de merde depuis plus d'un an, dans lequel je ne m'épanouis pas et pour lequel je suis payé une poignée de rouble. A ça s'ajoute une voix qui tremble, et une machoire qui réprime une envie de tout lacher en larme. Bref ma sauveuse commence à comprendre pourquoi je suis addict à la clope : un sentiment permanent d'insécurité (finance et avenir professionnel flou) + une déprime rémanente (ouf pas de dépression dans les environs), le tout compensé artificiellement par cette bonne vieille Madame Camel. 
Il a été ensuite question d'armement à raison d'un inhaleur de nicotine et d'une grosse boite de patchs en kingsize. A ceci ajouter une petite visite chez un psy histoire de mettre des mots sur les maux... ce qui a été pour ma part assez salvateur.

De mars à juillet, je n'ai donc ressenti aucun manque, en milieu de sevrage il m'est arrivé quelquefois d'oublier de mettre un pach le matin : le midi je détestais tout le monde, tous ceux qui m'ont poussé à arrêter de fumer, j'aurais pu les assommer sur le moment !! Chose positive : passer devant un bureau de tabac ne provoquait en moi aucune envie. Toutefois je m'empressais de trouver une pharmacie pour me coller un patch histoire de calmer mes envies de meurtres.

De mois en mois, le grammage des patchs a diminué, l'inhaleur a cédé la place à des fausses cigarettes en plastique contenant du menthol et des arômes (fraise, menthe, citron...). En aôut je n'ai mis que par deux fois des patchs. Surtout que le patch et le maillot de bain ça fait deux ; j'ai bien tenté de le coller sur les fesses, mais je retrouvais toujours Monsieur Nicorette flottant dans le bassin de la pistoche.

Bref aujourd'hui je suis clean, grâce a des visites hebdomadaires à la consultation de tabacologie, et un bon dosage du traitement, qui ne coûte pas plus cher qu'une cartouche de cigarettes. 

Reste à convaincre mes fumeurs d'amis de faire la même chose, mais les subsituts nicotiniques sont encore mal perçus, ou alors mes potes se disent : "quand je veux, je m'arrête" et quand ils tentent de s'arrêter (à la one again sans subsitut) ils tiennent deux semaines pour se jeter sur un paquet... 

Biêntôt un an sans cigarette, un an où je constate que l'on peut gèrer ses petits problèmes sans cette salope de Camel et en être content au quotidien. Il m'arrive d'avoir à me faire la leçon dans ma tête, de me rapeller les bénéfices de l'arrêt du tabac. Par contre pour la grignotte convulsive, c'est une autre histoire... vive les crackers, vive les Schokobons et autres saloperies à picorer...

Sites à consulter : www.tabac-info-service.fr - http://www.prevention-tabac.com/role-medecin.php - http://www.tabac-stop.net

Pour les accros du geste : http://www.smoz.eu et http://www.doctissimo.fr/medicament-NICORETTE%20Inhaleur.htm 

Publié dans this is life - son

Commenter cet article

Sasha 27/01/2008 15:43

"j'ai bien tenté de le coller sur les fesses, mais je retrouvais toujours Monsieur Nicorette flottant dans le bassin de la pistoche."

ça devait être so sexy :p.

Sinon, blagounette à part, contente que tu aies arrêté. Ca a pas dû être facile, mais chapeau.